"Notre printemps est un printemps

Qui a raison "

Paul Eluard



lundi 31 janvier 2011





Dernier jour du mois de janvier.

Quelques averses de pluie fine sur Djerba. Pour autant pas assez pour mouiller véritablement la terre des jardins et faire en sorte que j'enlève les mauvaises herbes qui ont poussé en notre absence (toujours le désherbage !).
Sinon retour à la normale. Centre ville  embouteillé,  magasins ouverts et beaucoup de gens dans les rues qui vaquent à leurs occupations habituelles.


Entendu à la radio : levée de l'interdiction de l'importation de livres ! 

En écho au retour d'exil du chef du mouvement Ennahda (islamiste), une manifestation a réuni hier à Tunis de nombreuses femmes (démocrates, syndicalistes, militantes d'association ...)  pour réaffirmer leur volonté de ne pas voir leurs droits bafouer et pour réclamer l'égalité homme femme.
Les tunisiennes représentent 26% de la population active, plus de 50% des étudiants, 29% des magistrats, 24% des diplomates.

Mais aujourd'hui, dans les discussions, l'attention des tunisiens se porte tout naturellement vers le peuple égyptien. 

dimanche 30 janvier 2011







Alors que la caravane de la dignité et de la liberté (venue des différentes régions du pays) devait célébrer la fête à la Kasbah à Tunis (devant le gouvernement), des échauffourées violentes ont eu lieu . Interventions d'éléments extérieurs ? Dérapage ? Répression ? De nombreuses versions circulent et difficile de faire la part des choses. 
Pendant ce temps à Djerba, la vie recommence peu à peu.
Dans mon quartier, rien n'a changé. Les enfants jouent au foot dans la rue poussiéreuse, je croise quelques femmes avec lesquelles j'échange un bonjour appuyé d'un grand sourire , quelques hommes aussi mais là c'est juste un regard, un mouvement de tête. Comme d'habitude, quoi. Je passe devant les ateliers de tissage et entend le claquement particulier des métiers . Les chats sont là eux aussi, rodant près des poubelles... Lors de ma première sortie en arrivant près des commerces, peu de voitures et peu de gens  dans la rue... Le centre médical qui recevait de nombreux libyens venus pour se faire soigner, semble fermé ou peut être fonctionne t il au ralenti? En tout cas, on peut marcher sur les trottoirs, ceux ci ne sont pas obstrués par les voitures ne sachant où stationner. Je pousse jusqu'au centre ville, près de la poste de nombreux taxis attendent mais peu de mouvements. Je m'engage vers le souk bon nombre de commerces sont fermés et celà donne une drôle d'impression : où sont passés les étals colorés, les expositions de poteries, les djellabas qui flottent au vent...
Hier nouvelle sortie dans la ville, plus de voitures et d'allers et venues, les jeunes qui sortent des lycées, les cafés qui se remplissent, les gens qui se congratulent et s'embrassent comme s' ils ne s'étaient pas vus depuis longtemps... 
En tout cas le mot d'ordre des gens rencontrés ça et là semble le même, souhait d'un retour à la vie normale, reprise du travail et que le gouvernement se remette lui aussi aux affaires... 



samedi 29 janvier 2011

Vendredi 28 janvier


Mon premier bonheur le matin c'est d'écouter la radio  en prenant mon petit déj au soleil. Je me branche sur RTCI "Radio Tunis Chaîne Internationale" qui a le mérite de diffuser des programmes en langue française (et même l'après midi en italien, anglais et allemand). Au programme chanson française (de type Radio Nostalgie), chanson arabe, ainsi que des séquences brèves mais intéressantes sur différents sujets. 
Je ne parle pas des informations car c'est un modèle de langue de bois...
Aujourd'hui même type de flash : le 1er ministre Mr Ghannouchi a reçu aujourd'hui....
Difficile pour les journalistes de modifier plus de 23 années d'habitiude !!! 
Ainsi dans la journée c'est micro ouvert et les gens ont la possibilité de s'exprimer. De nombreux débats sont organisés. Un des animateurs se félicitait de cette nouvelle radio où la parole était désormais libre, où chaque auditeur pouvait intervenir pour donner son point de vue. C'était disait il une nouvelle radio d'état pour tous les tunisiens. Ce à quoi un des invités répondit : c'est tout simplement une radio de service public ! 
No comment ! 
Quant à la télé tunisienne, appelée autrefois TV7 (car le 7 était la date de prise de pouvoir par BA) elle a été rebaptisée Télévision nationale  tunisienne et là changement radical de programme ! les interminables heures de diffusion de chanson arabe sirupeuse ont été remplacées par des "débats" politiques (dont je ne comprends pas la teneur) sur fond de drapeaux tunisiens ...

jeudi 27 janvier 2011


La révolution de jasmin ! quel fabuleux espoir pour le peuple tunisien dans toutes ses composantes ! et au delà pour tous les peuples opprimés !
Jasmin  fleur symbole de la Tunisie ! Symbole de la beauté, preuve d'amour aussi. Mais attention cette fragance voluptueuse entête vite ! Faut il lui préférer le jasmin d'hiver, sans odeur lui, mais symbole d'insolence ?
Je lui préférerai presque le bougainvillier (ou la bougainvillée au nom de toutes les femmes ...) cet arbuste épineux qui peut croître partout, grimper et s'accrocher aux murs et faire valoir les couleurs rouge vif de ses bractées (à l'instar du drapeau tunisien retrouvé). 
Pourquoi ce blog ?
Pour raconter mon retour en Tunisie, à Djerba en particulier après cette révolution du 14 janvier. Pour témoigner qu'il ne faut pas abandonner les tunisiens maintenant alors qu'une étape décisive est en cours, celle de la démocratisation et de la participation à une vie politique longtemps confisquée. 
Et surtout pour dire haut et fort aux touristes que ce pays reste une destination où ils seront toujours les bienvenus.

Jeudi 27 janvier 2011 - Aéroport de Djerba-Zarzis - 20h50

Le commandant de bord et son équipage vous souhaite un bon séjour en Tunisie. Température extérieure 18°... Annonce laconique, on espérait un peu d'enthousiasme pour cette arrivée en Tunisie nouvelle ...ou un peu d'humour peut être...
C'est une drôle de sensation qui nous étreint , à la fois la joie de retrouver notre "chez nous " et une petite boule au ventre , qu'est ce qui nous attend à Djerba ?
Dans l'avion 27 passagers seulement. Chacun a pu prendre ses aises.... Beaucoup de tunisiens, hommes (retour au pays d'exilés ?), 1 ou 2 familles et quelques français : un couple venu pour des vacances dans le sud à voir leurs chaussures de marche et leurs sacs de couchage ?... un homme aux cheveux blancs (un expatrié ? ) ne se départissant pas de son ordinateur ... deux femmes d'un certain âge, l'une regagnant son appartement à la Marina, l'autre avec 2 petits chiens de compagnie.... Et nous... Bribes de conversations... Quelques appréhensions levées à voix haute sur le couvre-feu  passé de 21 à 22 h ce qui nous laisse le temps d'arriver....
Voilà ! la passerelle est mise, nous sortons . Un salut fraternel au stewart , un petit mot en passant - Finie la journée ? Réponse oui mais on se dépêche de rentrer pour se brancher sur internet ! 
La passerelle arrive et avec elle les dernières nouvelles : Ghannouchi a présenté le nouveau gouvernement : les ministres RCD ont dégagé , reste Ghannouchi. C'est une joie discrète....
Récupération des bagages, passage de la police (avec le sourire, ça change ), passage de la douane. Le hall du vaste aéroport est quasi désert.... Des hommes seulement qui attendent  familles et amis ... Pas de réceptif avec leurs pancartes, pas de touristes qui déboulent bruyamment ne sachant où aller ... A la sortie un jeune militaire , seul, arme en bandoulière, patrouille tranquillement...
Dehors c'est impressionnant : à la cacophonie habituelle des cars de touristes, des petits vans des hôtels, des 4X4, des guides de tout poils ... rien ! le silence et une queue de taxis jaunes qui attendent calmement. ... 
La route de l'aéroport à Houmt Souk est quasi vide, quelques rares voitures, quelques rares épiceries encore ouvertes. Où est passée la cohue de Mélitta avec des gens qui traversent la rue sans crier gare ? et les mobylettes qui débouchent de tous les côtés ? et les cafés, noirs de monde, eux aussi ont disparu ?  
Nous arrivons enfin à la maison, heureux de retrouver notre chez nous , laissé il y a déjà un mois et demi pour passer les fêtes de fin d'année en France.
Il est près de 11h le sommeil tarde à venir à l'écoute des bruits de la nuit. Tout est calme dans le quartier. De temps à autre une voiture qui passe, une mobylette.... 
Quelques entorses au couvre-feu ? à priori Djerba n'est pas Tunis...