"Notre printemps est un printemps

Qui a raison "

Paul Eluard



samedi 30 avril 2011

Dur, dur le printemps arabe !


C'est vrai. C'est les vacances. Il fait enfin beau et chaud même si depuis hier soir le vent du désert s'est levé noyant tout dans un gris jaune poussiéreux... 
Mes petites filles sont là et les journées se déclinent tranquillement entre piscine et jeux de plage, recherche de coquillages et goûters plantureux !...

Mais la réalité a vite fait de nous rattraper, aussi je reviens en ce samedi matin à mon blog, car les nouvelles ne sont guère enthousiasmantes.

Côté Libye où hier la guerre  civile a débordé et passé la frontière puisqu'à Dehiba. L'armée tunisienne a dû s'interposer et faire face aux forces de Kadhafi entrées sur le territoire tunisien. "La bataille a débuté lorsque les brigades (pro-Kadhafi) ont attaqué les insurgés installés à Dehiba», explique un témoin... La Tunisie a dénoncé une «violation de l'intégrité territoriale tunisienne» par la Libye, et évoqué une «dangereuse escalade militaire». 
Depuis hier soir tout est sous contrôle dit on de source gouvernementale. 
Il faut dire que dans le sud  les villes accueillent généralement du mieux qu'elles le peuvent les réfugiés libyens qui ont fui les exactions de Kadhafi mais il y aussi les pro kahafi qui fuient la guerre et  s'installent, eux, dans le désert ou les petites localités...  
Et cette situation n'est pas sans générer conflits et altercations. 
Les tunisiens que ce soit individuellement ou par le biais de comités d'accueil ou d'associations portent aide à tous les réfugiés libyens sans distinction. 


Encore un parallèle à faire entre France et Tunisie ! 
Les tunisiens pourraient fermer leurs frontières, tourner le dos à ces réfugiés de toutes sortes, renvoyer ces gens chez eux .... eh bien  non, je crois qu'ils ont tout simplement, eux,  le sens de l'humain, de la dignité et de la solidarité !


Autres nouvelles préoccupantes, et certainement tentatives de déstabilisation, des centres de détention  ont vu leurs prisonniers s'évader suite à des incendies....

Et puis, comme tous les vendredis , à Tunis les prêches du vendredi tournent en manifestations.... Les islamistes se font de plus en plus présents, et on entend dire à Tunis que des femmes se font agresser...
mais hier des salafistes ont envahi l'Avenue Bourguiba de Tunis en scandant des slogans extrémistes...
Des attaques contre les artistes et la culture se multiplient  (entre autres, le cinéaste Nouri Bouzid en a été lavictime...).

Bref, il est clair qu'aujourd'hui, les salafistes profitent de la contestation populaire pour avancer leurs pions, voire perpétrer certaines actions terroristes (Marrakech)... ils trouvent aussi des alliés qui ne veulent que les démocraties s'installent dans les pays arabes...

mardi 26 avril 2011

Vers une reprise du tourisme ?






Au cours du week-end pascal , l'aéroport de Djerba a accueilli  59 vols charters en provenance de plusieurs pays européens dont la France et la Belgique. 
C'est une bonne nouvelle même si tous les vols n'étaient pas pleins.
Selon le Ministère, il y a actuellement  13 525 touristes qui séjournent dans l'île des Lotophages, dont 7 840 français, 2 174 allemands et 2099 belges.

Et parmi ces touristes,  il y a mes petites filles.....

Ce qui fait que ce blog va prendre une allure de croisière tranquille pendant quelques jours....

lundi 25 avril 2011

Coup de gueule

SILENCE, ON TUE !

Silence, on tue ! C'est en Syrie !

Silence, on tue ! La Syrie n'est pas la Lybie !

Silence, on tue ! Que disent les grands de ce monde ?
On s'indigne !
On félicite les peuples pour leur souhait de démocratie et de liberté !

Silence, on tue ! Chacun ferme ses frontières !

Silence, on tue ! 
N'entendez vous pas cet assourdissant silence ?


samedi 23 avril 2011

Brèves


Quelques brèves piquées au hasard dans la presse en ce samedi de Pâques...

Quand musique rime avec politique ....
Je vous avais déjà parlé de El General, ce rappeur très connu en Tunisie, qui a fait de la prison sous Zaba  pour ses textes subversifs. Eh bien, il a été reconnu parmi les 100 personnalités les plus  influentes..... devant Obama....


Quand les intellectuels se mobilisent et appellent à la constitution d'un front patriotique en vue des prochaines élections...


Quand l'humain redevient au centre des préoccupations....
avec la suppression de la sous traitance dans le secteur public


il y a de quoi espérer dans ce printemps des peuples .... 

et l'espoir est de ce côté ci de la Méditerranée ....

jeudi 21 avril 2011

L'actualité s'emballe !


L'activité près de de la frontière tuniso libyenne s'intensifie. 
Il ne s'agit plus maintenant du poste de Ras Jdir mais de celui de Dhiba, à peu près 200 km plus au sud en face de la ville libyenne de Nalut. 

Le poste de Dhiba aujourd'hui - Photo TAP

Après de violents combats, les rebelles se sont emparés de ce  poste côté libyen. 
Du coup, 13 officiers pro kadhafi sont passés du côté tunisien mais ont été arrêtés par les forces tunisiennes et placés en détention.
Le point de passage a été fermé.

mercredi 20 avril 2011

Toujours la Libye !

Quatre obus libyens échouent sur le sol tunisien !

Voilà ce que l'on peut lire aujourd'hui dans toute la presse tunisienne , donc cette information qui date déjà de lundi ne va pas tarder à franchir les frontières et peut être à faire les gros titres des journaux télévisés.... Autant vous la donner, mais pas d'inquiétude pour l'instant. Toujours est il que ce genre de nouvelles ne va pas faire revenir les touristes !
Autre info qui vient du blog du journaliste Georges Malbrunot, les rebelles libyens seraient soutenus par Al Qaïda...  
De plus en plus difficile de se faire une opinion sur l'attitude à avoir face à ce ce conflit ( légitime au départ ) mais dont le comportement de nos gouvernants  risque de nous entraîner vers une véritable guerre dont il sera épineux de se défaire... 
Intéressante à ce propos, l'interview de Rony Brauman  dans Rue 89.

On estime déjà à 10 000 le nombre de morts dans ce pays. Et parmi les libyens qui passent en Tunisie, si la majorité fuient les combats et sont pacifiques, d'autres tentent de provoquer les tunisiens en se réclamant ouvertement de Kadhafi...

Info importante pour moi : sur mon clavier, la touche a cédé et mon f est revenu !

mardi 19 avril 2011

de Méninx à Girba


Continuons l'histoire de Djerba par quelques chemins détournés.

Au VIème siècle avt JC Djerba accueille des réfugiés juifs. On raconte qu'ils se sont installés à Djerba après la destruction du Temple de Salomon par l'empereur Nabuchodonosor.  Ils auraient emporté avec eux une porte du Temple détruit et des pierres de l'édifice qu'ils incorporèrent dans la synagogue de la Ghriba. 
Cette population s'est installée dans deux quartiers de l' île que l'on appelle "hara", l'un dans le village de Erriadh , l'autre dans un quartier de Houmt Souk où l'on peut déguster de délicieuses  briks et  kefta... 


La Ghriba

On compte plusieurs synagogues à Djerba, mais la plus importante est celle de la Ghriba qui peut se visiter (elle abrite l'une des plus anciennes Thora du monde) , elle fait l'objet d'un pèlerinage qui a lieu pour les fêtes de  Lag Ba'omer. J'ai entendu dire que cette année, le pélérinage est annulé (il devait avoir lieu en mai) car il serait difficile d'assurer la sécurité de tous les pèlerins venus du monde entier. Rappelez vous qu'en 2002, la synagogue avait été l'objet d'un attentat meurtrier perpétré par Al-Qaïda.

La synagogue

L'histoire de Djerba continue et c'est sous le signe des invasions : de  province romaine sous le nom de Girba, elle subit les invasions vandale, puis byzantine et il faut attendre le VIIème siècle pour tomber sous la domination des arabes... 
Mais c'est une autre page d'histoire....

lundi 18 avril 2011

Quelle saison touristique ?


La saison touristique s'annonce mal...

Malgré les tentatives des professionnels tunisiens et les initiatives budgétaires de l'Etat , la Tunisie a du mal à se refaire une place au soleil parmi les destinations touristiques. 
Les prix bradés,n'ont pas réussi à contrer les appréhensions des touristes qui entendent des mots tels que révolution, réfugiés, insécurité etc...
Les émissions de télé sur TF1, M6 censées redonner un peu d'espoir semblent en fait décevantes.
En France, certaines agences de voyages ont carrément rayé de leurs catalogues et propositions  Maghreb et  Moyen Orient, Tunisie compris...

Ajoutons à cela les sorties du parti Ennahdha (islamiste) qui envisage de privilégier un tourisme "panarabe" ainsi que la "restructuration" des hôtels  (pourquoi pas sans mixité ? sans alcool ? sans piscine ?). Bien qu'il  soit récemment revenu sur ses déclarations (adepte lui aussi du  double langage),  les tunisiens ne sont pas dupes et de nombreux citoyens un peu partout se mobilisent contre les extrémistes et pour exiger une séparation du religieux et du politique.

samedi 16 avril 2011

Djerba Meninx

L'histoire de Djerba est longue et du fait de sa situation, elle s'est très souvent trouvé sur le chemin d'envahisseurs, certains tout à fait pacixiques mais d'autres très belliqueux....

L'un des voyageurs le plus illustre fut sans doute Ulysse qu' Homère fit échouer sur l'île, l'appelant l'île des Lotophages, les mangeurs de Lotos.... Mais là, Ulysse goûte au Lotos "ce fruit si doux, semblable au miel", qu'il oublie tout et ne veut plus rentrer à Ithaque... On ne sait toujours pas ce qu'est le lotos , fleur ou  fruit ? ,  dattes ?  leghmi  des palmiers ? ou les jujubes ? toujours est il que ce lotos si délicieux permet d'oublier tous les soucis de l'existence... 
Entre nous, moi aussi j'ai goûté à ce fruit et il m'est diicile désormais de quitter l'île...

Pour revenir à l'histoire, Djerba fut peuplée dès le néolithique, puis phéniciens et grecs ont rapidement mené leurs vaisseaux jusqu'à l'île en y introduisant la culture de l'olivier. 

Le site de Meninx

Ce furent les carthaginois qui donnèrent à Djerba le nom de Meninx. Un mot signifiant "manque d'eau". La construction de la chaussée romaine (IIIème siècle av. JC) -que l'on appelle aussi le chemin des chameaux - en  permettant de relier l' île au continent va lui assurer une période prospère grâce au commerce. 

 Les caravanes quittaient l'île chargées d'huile, de fruits, de vin, de poteries et d'étoffes teintes grâce à un coquillage le murex dont on extrayait la pourpre. 

D'ailleurs, dans mon quartier, l'une des rues 
voisines s'appelle Rue du Pourpre.... 

Ce qu'il reste ....

Au retour les caravanes revenaient chargées d'or, d'ivoire, de peaux de bêtes, d'oeufs et de plumes d'autruche mais également d'esclaves noirs originaires du Soudan. (là il me faudrait encore un chapitre pour en parler ! ce sera pour une prochaine fois).

7 km à travers la mer...


Pipeline d'eau potable

Cette voie romaine est restée longtemps dans le même état, elle a subi de gros travaux en 1973 où elle fut élargie et doublée de conduites d'eau pour alimenter l'île en eau potable. En 2006 un pont avec une structure en béton a permis un passage plus aisé à mi parcours là où les eaux du golfe sont les plus profondes.  


Ne  croyez pas que j'ai retrouvé mon f , je me suis amusée à faire  des copié/collé...

vendredi 15 avril 2011

Réfugiés libyens


A Djerba, on voit désormais de plus en plus de voitures libyennes....
Comme autrexois, mais elles ne viennent plus hélas pour les mêmes raisons...

Il s'agit pour la plupart de familles libyennes, notamment aisées, qui affluent par vagues, quittant leur pays. Soit elles gagnent l'aéroport, soit d'autres villes tunisiennes et beaucoup louent pour quelques journées des maisons à Djerba, le temps de se reprendre , avant de poursuivre le dur chemin de l'exil.
Pour d'autres, plus pauvres, il n'y a que la solution des camps de réfugiés, qui sont maintenant conxrontés à cette nouvelle donne : accueillir des familles...
Et  plus que l'aide alimentaire, c'est surtout la sécurité qui xait déxaut dans ces camps.

En outre, les organisations humanitaires et les décideurs se préparent maintenant  à une crise humanitaire plus grave et plus aigüe dans le cadre d'une escalade du conxlit avec notamment son cortège de blessés graves qui risquent d'avoir besoin de structures hospitalières plus importantes....



mercredi 13 avril 2011

Djerba, l'île d'or


Répression en Syrie

Pendant que la Tunisie conduit ses pas sur le chemin de la démocratie, un peuple tente en vain de se xaire entendre sur la scène internationale malgré la répression sanglante dont il est victime. Il s'agit de la Syrie, et Bachir El Assad s'y connait en répression !  Les syriens ont   encore en mémoire le massacre de Hama en 1982 qui xit plusieurs dizaines de milliers de morts et de disparus...


Revenons à Djerba

Avec tous ses événements qui agitent le monde entier et captent toute mon attention, je me rends compte que je ne parviens guère à vous parler de Djerba. Aussi promis, je vais essayer de temps en temps de vous xaire découvrir cette belle île.


Eh bien oui, malgré cette route (la chaussée romaine) qui la relie au continent et qui xut construite après la destruction de Carthage. On l'appelle aussi El Kantara (le pont) ou route des chameaux.
C'est une île plate (20m d'altitude), le point culminant se situe à Guellala à 53 mètres. Et c'est cette platitude qui lui donne sa beauté et son charme. Le littoral découvre des  "xonds" marins pas très proxonds, sablonneux et on peut aller très loin en ayant pied, de ce xait la mer se retire  très loin ce qui donne un phénomène de marée peu commun en Méditerranée. Ce qui n'empêche pas quelques xonds de plus de 20m à certains endroits.

Survol de Djerba


C'est une petite île , un peu plus de 500 km2, 150 km de côtes, 20 km sur 25 et c'est ce qui la rend à taille humaine et malgré sa petitesse il y a toujours quelque chose à découvrir...
On l'appelle Djerba ou Jerba, en arabe la 1ère lettre est un jim qui de prononce j ou dj selon que l'on soit arabe ou berbère.


Guellala, point culminant

Pour les tunisiens, quand on parle de Djerba il peut tout aussi bien s'agir de l'île,  que de sa capitale  Houmt Souk.
Et pour Gustave Xlaubert, Djerba c'est cette  « île couverte de poudre d’or, de verdure et d’oiseaux, où les citronniers sont hauts comme des cèdres [...] où l’air est si doux qu’il empêche de mourir »....

Je n'ai toujours pas récupéré ma lettre (incapable de me passer de mon ordi !), alors un x xera l'axxaire!!! 

mardi 12 avril 2011

Le "peuple" a choisi "sa" démocratie : 50% de femmes, 0% de RCDistes


C'est avec ce titre que Business News présente les résultats du travail de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique. Présidée par Mr Yadh Ben Achour, elle vient d'approuver un certain nombres d'articles relatifs à l’élection de l’Assemblée nationale constituante :
-avant toute chose parité hommes / femmes  
-scrutin à la proportionnelle de listes tout en tenant compte des plus forts restes
-exclusion des anciens cadres du RCD dissous et des responsables ayant appuyé le président déchu pour l’élection présidentielle 2014.

Un grand pas vers la démocratie, voilà de quoi nous réjouir pour l'avenir de la Tunisie.



Incidents à Houmt Souk

Un incident banal a dégénéré ce week end à Houmt Souk : on raconte qu'un propriétaire a expulsé son locataire pour impayé de loyers.  Ce qui n'aurait pû etre qu'un xait divers a a tourné au drame car le dit locataire est  originaire de Sidi Bouzid (berceau de la Révolution), il a  aussitôt été rejoint et soutenu par ses compatriotes, notamment des jeunes  venus de Sidi Bouzid et des environs ...  Et ce week end, ils ont semé le trouble à Djerba notamment en caillassant  des voitures. La municipalité  s'est interposée et a pris des mesures mais celà a évidemment occasionné des exactions. On dit même qu'il y a eu un mort dans une bagarre...Les gens de Sidi Bouzid étant traités de "mazigri" par les djerbiens (traduire par voyou), celà a donné lieu sur la toile à un déchaînement d'invectives... je vous laisse imaginer la suite avec des relents de type "nationaliste"...tels que Djerba aux djerbiens !..

lundi 11 avril 2011

Visiter Djerba : la Mosquée Sidi Satouri

On dénombre plus de 300  mosquées à Djerba. En dehors du lieu de culte qu'elles sont, elles étaient utilisées comme des châteaux xorts , des lieux de rexuge qui permettaient aux paysans de se regrouper et de s'abriter contre les nombreux envahisseurs qui arrivaient par la mer... 
Il y a bien sûr des mosquées célèbres et d'autres très intéressantes du point de vue architectural. J'y reviendrai dans un autre message.

Mais il y a aussi de nombreuses mosquées peu connues des touristes.
C'est le cas de Sidi Satouri aux environs de Sedouikech.
Celle ci n'a aucun caractère particulier si ce n'est son histoire passée et présente.

Sanctuaire de Sidi Satouri


A chaque mosquée, sa légende. L'une des versions connue est la suivante Sidi Salem Satouri, un paysan, homme pieux avait des pouvoirs surnaturels . On disait qu'il pouvait changer l'eau en glace. Un jour alors qu'il accomplissait sa prière, le cortège d'un mariage passa près de lui et ne voulut pas  s'arrêter pour respecter sa méditation. Le cortège passa outre et Sidi Salem les transxorma en bloc de pierres... C'est à cet endroit que s'élève le sanctuaire de Sidi Satouri.

La cour 



Ce sanctuaire était peu connu, perdu en pleine campagne jusqu'au jour où Leïla Ben Ali eut un coup de xoudre pour ce lieu... En à peine un mois, les rares habitants de ce morceau de campagne eurent droit à une route goudronnée, de l'eau courante et de l'électricité ! 

Merci Sidi  Satouri.


Porte de Sidi Satouri

dimanche 10 avril 2011

Revue de presse : Tunisie / France en parallèle

Pour une meilleure lisibilité , la lettre manquante sera remplacée par un x.


Hier 9 avril, c'éatait jour xérié. La Xête des Martyrs, commémoration du 9 avril 1938, journée  pendant laquelle une manixestation pour  réclamer des réxormes politiques et un Parlement tunisien s'est terminée dans une sanglante répression par le pouvoir colonialiste en place, le Protectorat xrançais.... 

Lu dans "la Presse "
Le paradoxe est saisissant entre un pays dont l'économie est à genoux, accueillant silencieusement et généreusement des centaines de milliers de réfugiés en provenance de Libye, et d'autres, développés, opulents, mais qui perdent le sommeil parce que quelques milliers d'immigrés illégaux ont débarqué à Lampedusa.....
A propos de laïcité
Les prières dans la rue sont désormais interdites en Tunisie, a annoncé jeudi le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.
"Le ministère de l'Intérieur n'autorisera plus, dorénavant, l'occupation de la voie publique pour l'accomplissement de la prière, en dehors des lieux de culte", selon le communiqué ajoutant que "tels phénomènes et comportements sont étrangers à la société tunisienne".

M. Taieb Baccouche, ministre de l’Education, a précisé que le port du niqab (voile intégral) dans les établissements éducatifs est interdit car « on ne sait pas qui se cache derrière », ajoutant qu’il sera impossible actuellement de consacrer des salles de prières dans les établissements scolaires d’autant plus qu’on enregistre déjà un grand manque de salles de classes.
Le ministre de l’Education, a refusé catégoriquement la politisation des établissements scolaires, affirmant que certaines formations politiques ont récemment exploité les établissements éducatifs à des fins partisanes. Il a appelé, dans ce cadre, les partis politiques à éloigner les espaces éducatifs de leur champ d’action.

Sondage publié dans "La Presse"
91.6% de tunisiens sont xiers de leur "tunisianité". 
77,9% des sondés jugent que le climat social actuel leur permet de s’exprimer en toute tranquillité.
D’autre part, 52,2% trouvent que la Tunisie présente un climat social  plutôt solidaire et émaillé d’entraide contre 46,1% qui le perçoivent comme étant un climat de peur et de crainte. Ce sentiment est plus prononcé chez les femmes que les hommes. 

vendredi 8 avril 2011

Sentiment d'insécurité ?


Disparition ! pour la lecture de ce post une lettre ait déaut !  devinez laquelle ! elle ne répond plus sur mon clavier ! c'est ou ! et hélas je ne suis pas Georges Perec !

La période dite de transition est bien longue et pavée d'obstacles... Dire que certains souhaitent le report des élections ! Celà , à mon sens, ne pourrait qu'aggraver la situation. Ailleurs dans le pays, notamment à Tunis, des maniestations continuent, sporadiquement. Pestant contre ceci ou celà, ou bien sans autre mot d'ordre que "Dégage" appliqué au gouvernement de transition....
Certains surent sur cette vague d'incertitude qui existe il est vrai tout autant sur le plan économique, politique, ou securitaire . La vie quotidienne ne s'est pas améliorée pour le tunisien lambda.  
A qui proite  cette incertitude, cette insécurité ? Le vide, on le sait trop bien , ne demande qu'à être comblé...  De là à réclamer un pouvoir ort !

Et pourtant les avancées existent vraiment . De nombreuses inirtiatives de la société civile  se multiplient pour avoriser le débat démocratique. 
Et le gouvernement a approuvé la liste des membres de la Haute Instance pour la Réalisation des Objectis de la Révolution qui regroupe des représentants de 12 partis politiques, des représentants d'associations, d'organisations de la société civile, des régions mais aussi des représentants des amilles des martyrs ... 
C'est évidemment un grand pas vers la pluralité, le droit à la diérence et à la démocratie....

Photo extraite de Business News

Cette sensation et ce ressenti de latence, d'incertitude, voire d'insécurité sont aussi ressentis à Djerba par la population
Avant le 14 janvier, pour arriver dans l'île trois possibilités : l'aéroport, la traversée par le le bac de Jor et la route romaine qui relie l'île au continent et partout  des contrôles de police. Une police qui surveillait chaque aller et retour, arrêtait certaines voitures ou camions, éventuellement rackettait pour améliorer la solde ordinaire ... A l'intérieur de l'île, à chaque grand carreour, police également... Certes on était bien sur l'île, paradis sécuritaire ... C'était la vie avant le 14 janvier.

Aujourd'hui, en l'absence des orces de la police, l'atmosphère à Djerba est devenue "normale" avec sa dose "d'insécurité" qui sied à n'importe quel endroit, avec quelques larcins, des vols, des cambriolages.... 

Cependant, Djerba reste une destination sûre et agréable pour les touristes comme le conirment sur Internet plusieurs touristes et groupes venus en mars ici.
Sur le site Tourmag.com. il y a un sondage sur la Tunisie : Quels sont les freins au depart de vos clients. 33,4% la securite - 27,96% la proximite de la Lybie- 14,37% l'Islam-7,77% la qualite du produit- 5,63% le prix et 10,48% ne se prononcent pas.

Le paradis ...

Eh bien , j'ai beau chercher , à Djerba, je ne vois pas ce que les touristes pourraient rencontrer comme obstacle lors de leur séjour !
Quant à moi, je suis toujours à la recherche de ma lettre !!!


L'absence de ma lettre sur mon clavier ne me permet pas de conigurer un lien correctement sur le côté de ma page. Vous le trouverez donc ICI.

mercredi 6 avril 2011

Ben Ali et les poulets


Aujourd'hui c'est de nouveau ravitaillement car ce soir je prépare un couscous marocain pour des amis. Avec viande d'agneau et poulet pour contenter les goûts de chacun.... 
A ce stade du message, je sens que je vais faire frémir Brigitte Bardot et tous ses acolytes défenseurs des animaux....
Nous nous rendons donc chez le volailler. Le poulet est choisi vivant puis il est tué rituellement. Une fois mort, il est plongé dans l'eau bouillante pour pouvoir être facilement déplumé. Ensuite il est mis dans un genre d'essoreuse qui le débarasse de toutes ses plumes. Et enfin on le récupère entier, encore tout chaud ... Sensation étrange ...
Et pendant ce temps le client attend, ce qui lui permet de faire causette avec le marchand ou les autres clients.


Je vous parle de ça aujourd'hui car il faut savoir que du temps de Ben Ali ce commerce avait totalement disparu et pire il était tout simplement  interdit ! On achetait le poulet tout préparé car l'on dit  que quelqu'un du clan Ben Ali - Trabelsi avait tout simplement accaparé le monopole de cette activité... 
Aujourd'hui, les volaillers ont  refait leur apparition dans le paysage des villes...

mardi 5 avril 2011

Partis politiques tunisiens

Le journal électronique tunisien  Business News vient de faire paraître un tableau synthétique listant les 51 partis politiques,  leurs fondateurs et leur idéologie lorsqu'elle est connue.
Une très bonne initiative pour se repérer dans tous ces sigles.

Femmes et politique

Alors qu'en France, un nouveau manifeste féministe vient d'être publié et signé par 343 femmes (en référence aux 343 "salopes" qui en 1971 réclamaient le droit à l'avortement libre), 
une femme vient d'être élue, pour la première fois,  chef du gouvernement au Mali. Il s'agit de Mme Cissé Mariam Kaidama ,
et en Tunisie le mouvement Ettajdid s'est réuni le 3 avril pour débattre de l'égalité, de la parité et du rôle des femmes dans l'après révolution.  
Parmi les invités, une invité de marque Gisèle Halimi 
Il faut garder l'objectif en tête. L'enjeu de la révolution tunisienne implique la liberte des femmes, la préservation de leurs acquis et leur présence dans la Constituante.
Ahmed Brahim, premier secrétaire du  mouvement Ettajdid plaide pour une Constitution paritaire, il affirme  que le principe de l'égalité doit être clairement précisé dans la Constitution. Il a également rappelé que
 l'islam est une partie intégrante de l'identité tunisienne. Personne n'a le droit de parler au nom de l'islam  
et ce en réponse aux activistes islamistes qui revendiquent  notamment  le droit au port du voile.


Photo de l'Agence Tunis Afrique Presse


Pour mes collègues bibliothécaires, vous avez peut être remarqué que ce blog contient maintenant un nuage de tags (eh oui nos anciens mots matières !) mais malgré toute mon expérience en ce domaine, je trouve finalement mes mots matières pas assez pertinents (je vais devoir les changer et vous savez le temps que ça prend de refaire une indexation !!!...)

lundi 4 avril 2011

Musique et tourisme

Samedi à Midoun, un podium était installé au centre ville. Loin des habituelles musiques traditionnelles tunisiennes, des voix  couvraient le tumulte des voitures. Chose inhabituelle, il s'agissait de jeunes rappeurs qui reprenaient les tubes du rap tunisien dont l' une des figures emblématiques est El General , venu d'ailleurs il y a quelques jours donner un concert ici à Houmt Souk.



Puisque je parle fête et musique, en ce moment et notamment sur Facebook le monde du tourisme , ainsi que les Ministères (Tourisme et Culture) semblent se mobiliser pour organiser un grand évènement, une grande fête cet été en Tunisie. Histoire certainement de sauver la saison touristique mais aussi de montrer que ce pays, malgré tous les problèmes auxquels il est confronté,  sait aussi rester une destination sûre et accueillante...

samedi 2 avril 2011

Avancées politiques



Pendant que des "manifestants" à Tunis se livrent à des opérations de saccage en appelant "à la violence et au désordre",

le Conseil des Ministres a adopté hier un plan de relance qui vise 
  • à une nouvelle répartition du budget de l'Etat au profit des régions et des zones prioritaires.
  • à la création de 20.000 postes  dans la Fonction publique et à des mesures financières et fiscales pour soutenir les entreprises à créer 20.000 nouveaux emplois
  • au démarrage de négociations sociales
  • au renforcement des aides destinées aux familles démunies et aux Tunisiens de retour de Libye
  • à la dissolution des conseils régionaux actuels pour les remplacer par des représentations englobant les composantes de la société civile 


Dans le même temps, on discute de la loi électorale à mettre en place.
  •  soit un scrutin uninominal à 2 tours (ce qui favoriserait les notables, pénaliserait les nombreux partis politiques,et si un 2ème tour est à organiser en cas de non majorité ,ce système serait plus onéreux à organiser)
  • soit un scrutin de listes dans les circonscriptions en un seul tour avec répartition des sièges à la proportionnelle (ce qui favoriserait la parité hommes femmes, mais défavoriserait  les régions).


Par ailleurs le mouvement Ettajdid a appelé, jeudi, à la constitution d'un "front national élargi" pour préserver les acquis modernistes de la Tunisie, dont les droits de la femme.

Poissons d'avril


Hier c'était 1er avril . J'avais envie de vous parler de poissons mais des travaux dans notre rue ont maintenu  une coupure d'électricité  qui a duré toute la journée ! 

Lors de nos balades en bord de mer, nous allons souvent à la rencontre des pêcheurs qui rentrent avec leurs barques. En ce moment, ils ne ramènent que peu de poissons. C'est la saison des seiches et des poulpes. 


Pêche du jour




Les poulpes sont attrapés grâce aux gargoulettes (amphores) qui sont simplement déposées dans la mer, les poulpes venant s'y cacher.


Gargoulettes


Je me souviens qu'il y a quelques années à Djerba, il y avait  de nombreuses pêcheries, on les distinguait nettement en arrivant par avion le long des côtes. Elles dessinaient une sorte de flèche sur la mer... Aujourd'hui, cette activité traditionnelle semble avoir périclitée. Je ne connais plus que celles installées vers Borj Jélij. 

Pêcherie à Borj Jélij


Les pêcheries fixes appelées zriba sont une forme de pêche sur les bas fonds basée sur le phénomène des courants. Elle consiste à planter dans la mer des branchages de palmiers pour en faire des haies. Les poissons entraînés par les courants arrivent ainsi dans cet espèce de chenal et viennent ainsi s'emprisonner dans les filets mis en place.  Le pêcheur peut  venir relever ses filets soit en barque, soit aussi à pied, à marée basse, puisque ces pêcheries sont installées près des côtes à peu de profondeur.