"Notre printemps est un printemps

Qui a raison "

Paul Eluard



dimanche 11 septembre 2011

Retour en Tunisie - Hymne à la liberté

Après deux mois d'absence, me voici donc de retour à Djerba et si je n'ai encore guère eu le temps de humer l'atmosphère tunisienne, j'ai regardé hier soir sur FR3 une émission franco -tunisienne en hommage à la révolution dite "de jasmin" : Hymne à la liberté retransmise depuis le Théâtre antique de Carthage.


Selon notre fameux Boris Boillon, ambassadeur de France à Tunis , 
"Ce spectacle est à la fois un signe d'admiration à l'égard du peuple tunisien et d'amitié entre les peuples tunisien et francais . Il represente une manifestation culturelle magnifique ... qui reunit dans un élan d'engagement remarquable les artistes les plus célèbres des deux rives..." 

Coorganisée par les 2 ministères de la culture français et tunisien, cette emission n'est pas exempte d'interrogations et m'a laissé comme un malaise .

D'abord, elle a fait la part belle surtout à des artistes français et les quelques rares tunisiens ne se sont guère exprimés dans tout leur art, comme Amel Mathlouti par exemple.

Ensuite, alors que le micro attendait chaque artiste après sa prestation,  pourquoi la parole n'a t elle pas été donnée au  rappeur El General ?

Et puis , quand on pense que la chanson de Nathalie Cardone "Comandante  Che Guevarra" a été interprétée par Arielle Dombasle , Mme BHL à la ville, alors que cette chanson a fait l'objet d'un remake par un chanteur  tunisien  Sofien Safta, sous le titre évocateur "Dégage !"

Enfin, quand on pense que cette année , en juillet,  le Festival International de Carthage a été promptement délocalisé a la dernière minute pour différentes raisons, notament une polémique concernant la programmation qui ne laissait guère de place aux nouveaux artistes post Ben Ali et sous le prétexte de travaux importants à réaliser !

Sans compter que la seule radio francophone tunisienne RTCI n'a  été ni invitée, ni consultée....

Et pour couronner le tout,  quand on sait que Frédéric Miterrand apportait un soutien sans faille à Ben Ali "dire que le Tunisie est une dictature ... me semble tout à fait exagéré."

Finalement, je crois que comme beaucoup de tunisiens, je suis restée sur ma faim : où était la vraie Tunisie dans cette émission ? seules quelques répliques du co-animateur Lotfi Abdelli semblaient remettre les choses à leur place...