"Notre printemps est un printemps

Qui a raison "

Paul Eluard



vendredi 30 décembre 2011

Un sit in pour les outardes

Aujourd'hui vendredi ,  sit in un peu particulier devant l'Ambassade du Qatar.

Sit in à l'initiative de plusieurs associations environnementales avec pour slogan : "il faut sauver les dernières outardes de Tunisie du braconnage".
En effet , du temps de Zaba, les émirs qataris et autres princes du Golfe avaient l'habitude de venir chasser en Tunisie outardes et gazelles pourtant protégées par les lois tunisiennes. Les associations ayant eu vent d'une demande de ce type au Ministère de l'Agriculture ont donc alerté la presse et les médias.

Photo Ecolomagtunisie

L'outarde houbara est une espèce rare et menacée qui a déjà disparu dans de nombreux pays. C'est un oiseau bien adapté aux environnements désertiques.

A mi-chemin entre le faisan et l’autruche, l’outarde est un oiseau qui est présent autour de la Méditerranée. En Afrique du Nord, il se retrouve surtout en Tunisie. L’outarde compte parmi ces oiseaux dits marcheurs. Malheureusement leur effectif diminue d’année en année. On peut trouver la petite et la grande outarde. 
En Tunisie, de nombreuses causes sont à l’origine de cette menace de disparition de l’espèce. D’un côté, son habitat naturel diminue en termes de superficie ... et de l’autre, l’outarde fait l’objet d’une chasse touristique massive due surtout au fait que sa chair est très appréciée.
Au rythme actuel, l’outarde risque malheureusement de disparaître très rapidement du territoire tunisien. 

vendredi 23 décembre 2011

Un nouveau gouvernement pour la Tunisie


Après de multiples rebondissements, la Tunisie a enfin un gouvernement en état de marche. 

Hamadi Jebali - Photo Business News


Hamadi Jebali a présenté ses 41 ministres après le tollé provoqué par les quelques 51 postes annoncés au départ. C'est sans compter non plus sur les 4 ministres supplémentaires "ministres conseillers" délégués directement auprès de Jebali et qui ne siégeront pas au Conseil des Ministres ! mini gouvernement à la botte de Jebali ? gouvernement de l'ombre ?

Officiellement, le gouvernement compte 19 membres appartenant à Ennahdha, 6 au CPR, 6 autres à Ettakatol et 11 indépendants. Or, à voir de plus près, on constate qu’un bon nombre de ces indépendant sont de tendance islamiste avérée.
Après les grands élans de la révolution et les grandes déclarations sur les valeurs d'équité, de parité , de représentativité on cherche en vain où sont les femmes (3 seulement) et où sont les jeunes ... 
En présentant son programme Jebali a estimé que " les mesures urgentes et vitales" figurant dans le programme préparé sous l'ancienne équipe de Essebsi sont à la portée de son gouvernement.
Ces objectifs sont réalisables, car la politique du nouveau gouvernement, va être axée, selon le Premier ministre, sur la «lutte contre la corruption et la garantie de l’indépendance et de la compétence des institutions de contrôle financier», outre «l’approche de transparence et d’austérité qu’adoptera  l’équipe gouvernementale».

Or voilà, il se trouve que déjà des experts, des économistes, des universitaires ont réagi vivement à ce programme indiquant que celui ci 
reflète les bonnes intentions de ses concepteurs» mais manque, néanmoins, «d’objectifs quantitatifs clairs et de mécanismes efficaces pour leur réalisation». 
Il semble aussi que constituants et ministres ont surtout oublié que la mission essentielle pour laquelle ils ont eu les suffrages du peuple est de confectionner la future Constitution, l’adoption du nouveau système politique et autres codes, et particulièrement le code électoral...



mercredi 14 décembre 2011

Djerba la douce

La vie politique tunisienne éclipserait elle la vie quotidienne tout court ? A en croire ce blog oui, mais dans la réalité non bien sûr !
Pendant que les députés de la Constituante travaillent d'arrache pied, la vie continue ici à Djerba, tranquille et sereine...
Les touristes sont attendus de pied ferme pour les vacances de fin d'année et il est vrai que ce week end de nombreux avions ont survolé Houmt Souk avant de se poser sur l'aéroport. Tout compte fait, ce sont des bruits agréables, annonciateurs de retour à la normale !
J'espère une chose c'est que ces touristes ne resteront pas cloîtrés dans leur hôtel "grâce" au all inclusive proposé par les T.O. (buffet, bronzette, thalasso) mais qu'ils n'hésiteront pas à sortir de leur hôtel pour visiter l'île ses paysages et son architecture, pour découvrir les musées, pour se promener dans les souks et y découvrir de multiples merveilles, ou tout simplement goûter aux spécialités tunisiennes dans les nombreux restaurants et gargottes, ce qu'ils ne trouveront pas dans leur hôtel 4 étoiles...

"gazoul"

C'est en sortant de ces "ghetto", c'est en allant au contact des autres, qu'ils pourront effectivement se faire une idée de ce qu'est la vie tunisienne.
En ce moment sur les bords des routes, on voit des enfants qui agitent devant les automobilistes, des bottes de "gasoul" les priant de s'arrêter et d'en faire l'achat pour quelques millimes... Il  s'agit d'une sorte d'oignon ou d'ail sauvage à l'odeur très prononcée que les enfants ramassent pour le vendre. Les djerbiens en sont très friands , ce gazoul est écrasé, pilé, on lui rajoute huile d'olive et un peu d'harissa et il parfume ainsi différents plats ou même des sandwichs.  
Alors , bon appétit ! Chahiya tayiba !

mardi 13 décembre 2011

Un Président pour la Tunisie

Un mois et demi après les élections de l'Assemblée Constituante, la Tunisie se dote enfin d'un Président de la République pour une période transitoire à durée indéterminée.

10 candidats s'étaient présentés, 9 ont été rejetés pour n'avoir pas rempli les critères demandés, il n'en reste qu'un et ce sera celui là, secret de polichinelle, puisque Moncef Merzouki avait âprement négocié ce poste depuis belle lurette en faisant alliance avec Ennahda. 
L'opposition démocratique  n'avait pas souhaité présenté de candidats et a voté blanc : Ahmed Ibrahim PDM a déclaré "que plusieurs textes votés et plusieurs pratiques observées n’étaient pas conformes à la pratique démocratique" . Maya Jribi PDP a expliqué "qu’il est impossible de présenter un candidat, sans réels pouvoirs, à la présidentielle alors que l’on ignore la durée de son mandat". Afek Tounes (parti libéral) non plus n'a pas présenté de candidat.  
La troïka (Ennhada - CPR - Ettakatol) a donc largement soutenu Merzouki (voir un portrait ici).

Moncef Merzouki - Photo Business News

Le gouvernement est attendu pour les prochains jours.


lundi 12 décembre 2011

"Le prix de la liberté c'est la vigilance éternelle"

Cette phrase attribuée à Thomas Jefferson, 3ème Président des Etats Unis, les députés de l'opposition  de l'ANC (Assemblée Constituante) ont tout à fait intérêt à la prendre en compte et à en faire leur bréviaire.
Une semaine après le début des débats pour mettre en place les nouvelles institutions du pays, et en attendant que Moncef Marzouki soit sacré Président de la République (cet après midi) , quelques journalistes commencent à faire les 1ers constats, c'est le cas dans Business News.

Pour récapituler, les divers articles du projet portant organisation provisoire des pouvoirs accordent tous les pouvoirs réels et concrets au seul chef du prochain gouvernement. Tel était le souhait d’Ennahdha qui, faut-il le reconnaître, a été clair dès le départ en affichant ses intentions en faveur d’un régime parlementaire....  Par contre les partis du CPR et d’Ettakatol qui se disaient progressistes et plus proches de la gauche semblent avoir enterré leurs idéaux pour servir « l’intérêt national », et ce en récoltant deux postes honorifiques de président de la Constituante et de président de la République et quelques miettes au sein du prochain gouvernement.
Parmi les textes adoptés, un article concernant l'indépendance de la justice

Il est impératif, par ailleurs, de mettre l’accent sur le texte adopté de l’article 21, relatif au pouvoir judiciaire qui, dans tous les pays du monde, constitue un pouvoir totalement indépendant et, même, au dessus des deux autres pouvoirs exécutif et législatifs.
Mais chez nous, en cette période censée consacrer l’indépendance de la magistrature, les nouveaux maîtres de la Tunisie ont tenu à avoir la mainmise sur ce secteur en rejetant le principe d’une instance judiciaire supérieure élue et en optant pour une instance formée par la Constituante et sous sa tutelle. Autrement sous la coupe et l’influence du trio de la majorité et, plus précisément, du parti dominant.

Je parlais plus haut du "sacre" et non pas de l'élection de Moncef Merzouki comme président. Je pense qu'il était prêt à tout pour avoir ce titre, il y pensait déjà en janvier lors de son retour d'exil . Mais le plus grave dans l'histoire c'est que la Constituante (et donc son parti, soit disant grand défenseur des droits de l'homme) a voté un article profondément discriminatoire à savoir que le Président de la République doit obligatoirement être de nationalité tunisienne, de parents tunisiens et de religion musulmane, en excluant de fait par exemple les bi nationaux ou les juifs qui forment une partie des citoyens tunisiens de ce pays. Certains s'inquiètent donc, et à juste titre, de cette mini constitution qui met à mal des valeurs universelles telles que justice et droits de l'homme.
J'avais placé en tête de ce blog une petite phrase de Marzouki prononcé à son retour d'exil " ce qui est magnifique c'est que des poussières d'individu se sont enfin constituées en peuple" , phrase que je retire désormais n'ayant plus aucune confiance dans cet homme assoiffé de pouvoir.



mercredi 7 décembre 2011

La vie (politique) continue


Mon installation dans ma nouvelle demeure m'occupe beaucoup et de ce fait le temps dévolu quotidiennement à ma revue de presse s'est bien amaigri...
Quoi de neuf ? eh bien pas grand chose en fait ou plutôt mille et une choses qui font maintenant le quotidien de la Tunisie : sit in, grèves, provocations diverses , tout ceci dans un contexte économique difficile (on estime à plus de 18% le taux de chômage pour 2011).
Et dans ce climat délétère, les choses n'avancent pas vite du coté de la Constituante et les débuts sont assez chaotiques... Hier c'était enfin la première assemblée pleinière et l'objectif était de voter des " lois de base"  (c'est moi qui les appelle ainsi) pour permettre un démarrage des institutions,  aux commissions d'avancer et au futur gouvernement , prévu samedi, de rentrer de suite dans le vif du sujet. Il est vrai que cette tâche est jugée "urgente" par les députés qui s’inquiètent des "risques d’explosion sociale".

En principe , cette assemblée devait plancher pendant un an pour aboutir à la rédaction d'une constitution. Eh bien non ! Elle vient de voter contre la durée limitée à un an . Comme l'info date de ce début d'après midi, je n'ai pas plus de précision. 

Par ailleurs, les frontières sont de nouveau fermées avec la Libye suite à des intrusions armées sur le territoire tunisien. La situation à Tripoli est préoccupante, forces loyalistes et milices de Kaddhafi continuent de s'affronter.
A Djerba, tout est calme et les djerbiens osent espérer de bonnes arrivées de touristes pour les prochaines vacances de Noël mais ça c'est une autre histoire ! En tout cas, ici le temps est doux et clément et la vie continue paisiblement...




vendredi 2 décembre 2011

Sit in au Bardo

Hier jeudi, à l'image des indignés, les tunisiens ont envahi la place du Bardo devant le siège de l'Assemblée Constituante à Tunis.  

Des milliers de personnes, universitaires, étudiants, représentants de partis politiques, mouvements associatifs, membres de la société civile, ouvriers du bassin minier ont manifesté hier pour exprimer leurs inquiétudes sur l'intégrisme religieux, la corruption, le chômage, mais aussi pour revendiquer un processus de démocratisation transparent et démasquer "les tentatives d'instaurer une nouvelle forme de dictature" à travers les projets de lois en étude à la Constituante.


Cela a démarré par une grève des professeurs d'université pour protester contre des islamistes qui réclament le droit pour les étudiantes d'assister au cours en niqab ! (ce qui est interdit actuellement).
Puis les mineurs de Gafsa ont commencé à installer des tentes et sont déterminés à rester tant que leurs revendications ne seront pas satisfaites, estimant que le concours de recrutement de la Compagnie  des Phosphates était truqué... 
Bref un immense sit in de protestation pour maintenir une vigilance active par rapport à cette Assemblée nouvellement élue qui s'enlise dans des négociations et des discussions sans fin alors que l'heure est à l'action et que la Banque Centrale de Tunisie sonne l'alarme devant une situation financière difficile. 

jeudi 1 décembre 2011

Le mois des olives

Le réchauffement climatique est à l'ordre du jour, cependant cette année à Djerba l'automne est particulièrement pluvieux. En tout cas bien plus que l'année dernière où je me souviens de belles journées d'automne ensoleillées et chaudes...
Pour qui a l'habitude de voir Djerba en été brûlée par le soleil , c'est une toute autre vision en ce moment, l'île est toute verte ce qui lui donne un visage vraiment particulier.

Campagne près de Cedghriene

Les intempéries ont été abondantes , causant aussi dans le nord du pays de nombreuses inondations. Il est vrai que l'absence de système d'évacuation des eaux rend la tâche difficile. Ici dès qu'il pleut routes et pistes sont inondées mais chacun prend son mal en patience car il suffit ensuite de quelques heures de soleil pour que tout redevienne comme avant.

Dans le sud, la cueillette des olives bat son plein et partout, dans les vastes oliveraies, dans les champs mais aussi en ville, le moindre olivier est assailli par les cueilleurs.

Cueillette à Houmt Souk

Etant donnée l'abondance de pluies au bon moment, la récolte sera bonne, contrairement à celle de l'année dernière.
Dans la presse, on peut lire que la production oléicole de la Tunisie enregistrera cette année une hausse considérable (150% dans certains secteurs). La Tunisie se place au 2ème rang mondial après l'Union Européenne.
Un petit tour sur le site de l'Office National de l'Huile permet de tout savoir sur cette richesse naturelle. Car l'huile d'olive sert pour tout : cuisine bien sûr, soins de beauté, massage etc...

En ce moment, au petit déjeuner, on se régale avec (à la place du beurre) de l'huile d'olive nouvelle avec du pain chaud... En rajoutant une coulée de miel c'est délicieux ! (n'en déplaise aux puristes).