"Notre printemps est un printemps

Qui a raison "

Paul Eluard



mardi 23 octobre 2012

Un 23 octobre morose






Triste anniversaire.

Il y a un an les tunisiens votaient , lors d'élections libres, joyeuses, émouvantes et transparentes, pour élire leurs députés et les envoyer siéger afin de rédiger la nouvelle Constitution...
 

Dessin de WillisfromTunis
 

vendredi 19 octobre 2012

Passer l'hiver au chaud ...

L'automne est bien là à Djerba avec encore beaucoup de journées chaudes et les touristes présents en profitent pleinement. Dans un mois , fin novembre, arrivera l'hiver mais déjà dans le paysage djerbien , les oiseaux d'eau sont arrivés !
 
Après avoir délaissé les côtes cet été afin que tout le monde profite des plages et du bord de mer, les oiseaux  qui recherchent les zones humides reviennent peu à peu et se réapproprient leur territoire.
Pendant l'été , certains se sont éloignés et sont allés nicher plus loin au calme ...
Par contre, d'autres sont des migrateurs et ils quittent l'Europe pour le doux climat de Djerba...

En Tunisie, chaque année a lieu  le recensement national des oiseaux d'eau hivernants ici. Aux associations tunisiennes se joignent des ornithologues tunisiens et étrangers (libyens, anglais et hongrois) avec  l’appui de centres scientifiques tunisiens  spécialisés .

D'après mes lectures glanées ça et là, il y aurait 2 zones concernées à Djerba, la côte nord de l'île et la lagune de Borj Kastil. Il semblerait qu'on dénombre plus de 30 espèces différentes !


En tout cas, moi je me régale à les observer à marée basse ...

Voilà ce que j'ai déjà vu :
-des cormorans qui se font sécher les ailes sur les pilotis ou sur les barques des pêcheurs au bord de la voie romaine....
-des flamants roses , bien reconnaissables...
-des spatules avec leur bec en forme de cuillère...
-de grandes colonies de mouettes ? ou de sternes ? que j'ai du mal à différencier ...
-des hérons bien sûr ...,
-des aigrettes garzettes en bon nombre par ici...



Il faut dire que ces oiseaux trouvent facillement leur nourriture dans les eaux peu profondes . Et je pense que dès que la marée remonte ils doivent regagner leurs nids dans les marécages de sansouire ou au bord de l'eau .


En ce moment il y a une petite colonie de chevaliers gambette au large de Ghizen, on les aperçoit même du bord de la route ... Bien campés sur leurs hautes pattes, ces limicoles doivent se régaler avec des vers ou des petits crustacés... 

Tout ce petit monde vient lui aussi profiter de la douceur de Djerba ... et nous offre tout l'hiver un spectacle magnifique que l'on peut observer , entre autre,  en allant siroter un thé sur la terrasse de la Skifa....

A bon entendeur ....

 
 


 

lundi 15 octobre 2012

Gouvernement provisoire, à quand la fin ?

En tant qu'observatrice amateure de la vie politique tunisienne et n'ayant à ma connaissance que les articles de presse parus en français (j'enrage de ne pas comprendre l'arabe ! pour écouter les débats...), sans connaître non plus à fond l'histoire du pays, je me passionne pour cet après révolution et la difficile recherche de la démocratie, obérée bien souvent par les histoires de pouvoir, de suprématie des partis ou des hommes politiques au détriment du bien être de la majorité du peuple... Mais ça, ce n'est pas l'apanage seul de la Tunisie ! 
 
Alors, voici un essai de  synthèse de ce qui se passe .
L'approche du 23 octobre, qui devait être une date butoir pour le gouvernement provisoire en place, commence à affoler tous les politiques... C'est comme un coup de pied dans une fourmillière, on a l'impression que tout le monde s'agite soudain... Rajoutons à celà les déclarations de Ghannouchi dans sa vidéo "fuitée" qui explicite sa stratégie pour une Tunisie où la religion serait la base politique...
 
Ainsi il y a quelques jours, l'UGTT , un syndicat, qui fut depuis tout temps le seul contre pouvoir constitué en Tunisie a lancé pour le 16 octobre une réunion de type "dialogue national" ouvert à tous les partis sans exclusion  afin de discuter et de proposer collégialement  les dates des futures élections, la nature du futur gouvernement tunisien etc... toutes choses pour lesquels le gouvernement actuel et l'Assemblée Constituante étaient missionnées pour travailler ....
 
Or ce week end, coup de théâtre, la Troïka au pouvoir vient (bizarre, comme c'est bizarre!) de décider , comme ça , des dates des futures élections : le 23 juin 2013. Histoire de couper l'herbe sous le pied à l'UGTT et de boycotter sa proposition. Bien entendu, l'opposition fulmine !!!

Dessin de WillisfromTunis
 
Donc ça grenouille dur de tout côté ! Et l'on peut d'ores et déjà dire que le compte à rebours pour les prochaines élections a déjà commencé . Preuve en est également les nombreux regroupements de partis qui se créent ... chaque jour !
 
En tout cas pendant ce temps là les questions économiques et sociales sont hélas sur la touche !
 
Les tunisiens attendront ils encore jusqu'au 23 juin en sachant que l'activité de ce gouvernement provisoire a été complètement déstructurée du fait des alliances contre nature comme l'explique bien   Selma Mabrouk, une députée d'Ettakatol qui vient de démissionner de son parti .
 
La suite dans quelques jours !

vendredi 12 octobre 2012

Djerba sourit toujours aux touristes

Malgré l'épisode de fièvre qui a touché Guellala la semaine dernière et qui continue de perturber le ramassage des poubelles sur l'île, et malgré les négociations qui se poursuivent ??,  Djerba reste calme et continue d'accueillir les touristes comme à son habitude....



Houmt Souk

Houmt Souk

Hier jeudi, jour de marché, c'est avec plaisir qu'on pouvait voir les touristes se promener, s'extasier devant l'étal des poissonniers, baguenauder, regarder les vitrines, échanger quelques mots avec les djerbiens, s'arrêter ici dans un commerce, là pour siroter un verre de jus d'orange...







Extrait de Mille et Une Tunisie

"Les recettes touristiques, qui constituent l’une des principales sources de devises étrangères de la Tunisie, ont repris pour atteindre 1,8 milliard de dinars tunisiens (882,29 millions d’euros) pour la période comprise entre janvier et août 2012, soit une augmentation de 35,3% par rapport à la même période en 2011. Les revenus du secteur ont cependant diminué d’un tiers au cours de 2011.
Un léger mieux mais...Le tourisme tunisien a relativement réussi à tirer son épingle du jeu en sauvant une saison chahutée par la situation délicate du pays. En baissant leurs tarifs malgré des coûts d’exploitation qui ont explosé, les hôteliers sont parvenus à endiguer la chute de la fréquentation mais à quel prix ?

En attirant les adeptes du tourisme à forfait, la destination, déjà handicapée depuis des années par le faible taux de dépenses locales des visiteurs par rapport à d'autres destinations comme le Maroc ou l’Egypte, limite ses revenus. Après la Révolution, l’impact de la chute du régime libyen, pays limitrophe, la difficulté structurelle du secteur et la crise de la zone euro, le tourisme tunisien tente d’amorcer un changement indispensable pour repartir sur de nouvelles bases. Pour cela, il a besoin d’investissements touristiques qui restent encore timides" ...

mardi 9 octobre 2012

Un Front de Gauche tunisien ?

C'est de dimanche que date l'acte de naissance d'un nouveau parti d'union.
 
Après l'explosion et la multiplication des petits partis et mouvements de l'après Révolution où chacun ne pensait qu'à tirer son épingle du jeu, il semble que les politiques comprennent enfin que l'heure est grave et qu'il ne faut plus tergiverser mais oeuvrer pour les prochaines élections (été 2013 ?) et faire en sorte que le peuple tunisien puisse clairement se situer et voter pour des projets de société.  
 
Photo de Kapitalis
 
Ce nouveau parti  "le Front Populaire" se situe clairement à gauche pour s'opposer à Ennhadha et à la Troïka ainsi qu'à Nidaa Tounes de Béji Caïd Essebsi et à Al Joumhouri de Néjib Chebbi.
Il  rassemble 11 partis ( gauche ouvrière , nationalistes arabes, écologiste) et a clairement pour objectif :
"la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale constituante (Anc). Et pour causes : le premier a montré son incapacité à réaliser les objectifs de la révolution et à régler les problèmes du pays, alors que la seconde n’a pas accompli la mission pour laquelle elle a été élue : la rédaction de la constitution."
 
Photo de Kapitalis
 
En photo Hamma Hammami qui s'exclamera dans son discours inaugural : 
 
"Ils se sont servis des Droits de l’Homme, et veulent en priver le peuple tunisien. Pourquoi donc ont-ils choisi les pays démocratiques pour leur exil et non ceux où règne la chariaâ ? Pourquoi n’ont-ils pas choisi l’Arabie saoudite"
 
Mais pour avoir plus d'informations, il suffit de cliquer sur le post de mon collègue bloggueur
 "Thala solidaire" dont j'apprécie le blog...
 

dimanche 7 octobre 2012

Djerba : violences pour défendre l'environnement...

Que se passe-t-il à Djerba ?
On entend dire violents affrontements à Guellala.... de Sidi bouzid à Djerba c'est l'engrenage de la violence....
 
Alors remettons les pendules à l'heure !
Djerba est sous les ordures depuis plus d'une semaine !!! (Moi qui ai vécu à Marseille, c'est une situation que  je connais bien ....)
 
Et voilà ce qui se passe lorsque les autorités sont dans l'incapacité de gouverner,  de tenir leurs engagements, de gérer une crise ...
 
Déjà en avril dernier un premier sit in aurait dû alerter les autorités : les habitants de Guellala étaient excédés par une décharge proche des habitations (et non conforme) avec son lot d'odeurs nauséabondes, d'oiseaux qui peuvent apporter des maladies, de contamination de la nappe phréatique....
 
A la suite de quoi , après bon nombre de réunions et de concertations, une Commission officielle a établi un rapport accablant allant dans le sens des habitants. Depuis, rien n'a changé ! Aucune décision de prise ! Finies les réunions de concertations !
 
Et puis il y a quelques jours, les digues des bassins ont cédé, les eaux usées se sont répandues dans les terres environnantes....
 
Donc nouveau sit -in ce samedi , car que faire lorsque vous êtes dans votre bon droit et pas du tout écouté par l'administration et les autorités ? Auprès des habitants il y avait également diverses associations qui étaient en relation avec les représentants du Ministère de l'Environnement. Finalement, il semblerait que ce dernier ait pris la décision de fermer cette décharge d'ici ...2013.
 
Ceci n'a pas été du goût de tout le monde et  les habitants (ou certainement un noyau dur d'entre eux)  s'en sont pris aux symboles du pouvoir : postes de police etc... Mais la réplique des forces de l'ordre a semble-t-il été disproportionnée : nombreux renforts, gaz lacrymogènes, balles caoutchouc....
La presse déplore 49 policiers blessés mais combien parmi les manifestants ?
Dans la presse généraliste tunisienne à ce jour ou dans la presse française, que du sensationnel on s'arrête au mot violences, policiers blessés,  peu d'informations réelles et vérifiées.
 
L'article le plus complet est celui trouvé dans  Nawaat dont le titre résume tout à fait le problème :
"Guellala : un désastre écologique à l'origine de violents affrontements entre les forces de l'ordre et les habitants"

jeudi 4 octobre 2012

Liberté - "J'écris ton nom"

J'ai écouté hier sur une chaîne tunisienne le témoignage de la jeune femme violée par les policiers.  Bien sûr je ne parlerai pas de la teneur de l'interview (bien que j'en ai eu quelques traductions) mais je voudrai parler du ressenti que j'en ai eu .
 
Le jeune couple n'était pas à l'image, et leurs  voix étaient masquées. Ils s'exprimaient tour à tour répondant aux questions du journaliste sur les faits qu'on leur reproche. Les voix trahissaient les interrogations, les incompéhensions, la souffrance, le mal être .. jusqu'aux sanglots... Même l'expression et la voix du journaliste étaient affectées par cette histoire ...
 
Ce que je voudrai en retenir c'est ceci :
Avant sous Ben Ali ce genre de choses se passait également mais ça ne parvenait jamais à la presse (qui n'en aurait pas parlé d'ailleurs), et encore moins aux oreilles du public...
Avant sous Zaba, les gens n'osaient pas parler de ces choses là, sous peur de représailles....
Avant sous Zaba, une femme n'aurait jamais exposée son histoire aux yeux de tous. Chouma !
Avant sous Zaba, jamais elle n'aurait oser affronter le regard des autres, de la société qui l'aurait immanquablement accusée !
 
Aujourd'hui après le 14 janvier 2011, les gens osent parler, les gens osent défendre leurs droits !
Ils ne se laissent plus acheter, ils ne se laissent plus intimider !
Quel courage a eu ce jeune couple !
 
Aujourd'hui après la Révolution, il y a un acquis sur lequel personne, ni aucun policier, ni aucun gouvernement, ne pourra plus revenir : c'est la liberté de parole, la liberté de s'exprimer surtout quand on sait quand on est dans son bon droit !
 
Et si c'est ce seul acquis irréfutable qu'a permis cette Révolution jusqu'ici , eh bien c'est déjà une grande victoire. C'est pourquoi je ne doute pas que la Révolution tunisienne ira jusqu'au bout. Certes,  ce sera long, éprouvant, ce sera avec des périodes sombres, des périodes de recul,  mais le peuple tunisien est en marche .... pour la liberté , la dignité et l'égalité des droits.

Liberté "j'écris ton nom"

 

mercredi 3 octobre 2012

Chouette de Tunisie

Aujourd'hui, un post un peu plus léger... quoique...
 
Dans mon quartier pourtant proche de la campagne je ne remarque pas une grande diversité d'espèces en matière d'oiseaux. 
Mais tous les jours , j'ai la visite de deux chouettes et maintenant chaque soir je les attends !
 
J'avais en mémoire que les chouettes étaient des rapaces nocturnes et que leur cri "ouh ouh ouh" était un hullulement... (à moins que je ne confonde avec les hiboux)...
 
Eh bien, il me faut remettre tous mes savoirs en question...



Mes amies les chouettes "bouma" en tunisien sont des chouettes chevêche.
On les appelle aussi "Chevêche d'Athéna". De les savoir attribut d' Athéna, la déesse de la sagesse me les rend tout de suite sympathiques... 
Je les vois apparaître en fin d'après - midi et quequefois même en pleine journée ! Je les remarque tout de suite par les cris qu'elles émettent . Lorsqu'elles volent elles poussent de petits cris perçants qui font parfois penser à un miaulement  puis elles s'installent sur le faîte des maisons ou sur les fils électriques . Elles sont de petites tailles, trapues, et je pense qu'elles doivent nicher dans le champ d'oliviers voisin.



Mr et Mme Bouma (s'agit il d'un couple -légitime ou non- je dois avouer que je n'en sais rien...)
restent parfois immobiles de longs moments côte à côte , puis Monsieur s'envole, revient ... 
Je les ai même surpris en flagrand délit de caresses et de bisous !!!
 
Heureusement pour elles, aucun " barbu " ne passe dans la rue car de nos jours elles pourraient vite se retrouver accusées "d'atteintes aux bonnes moeurs et d'obscénités sur la voie publique"...