"Notre printemps est un printemps

Qui a raison "

Paul Eluard



jeudi 21 février 2013

Un peu d'humour ...

La situation politique étant ce qu'elle est , un peu (et même beaucoup) d'humour ne nuit pas ... bien au contraire...

Alors, à voir de toute urgence le blog de Z DEBATunisie


 

samedi 9 février 2013

Appel international sur la Tunisie

Mieux que des explications, ci joint le texte de Pouria Amirshahi, député de la 9ème circonscription des français établis hors de France.


Contre la violence politique et pour la poursuite du processus démocratique. Le lâche assassinat du démocrate Chokri Belaïd constitue pour nous, acteurs solidaires de la « cause tunisienne », un coup terrible porté au processus démocratique. Toutefois, c’est parce que nous croyons profondément en la capacité des citoyens, des militants politiques et des acteurs de la société civile tunisienne à retrouver les chemins du dialogue national que nous publions cet appel. Appel signé par de nombreux parlementaires, chercheurs, écrivains, artistes (liste en fin d’appel).

A lire en intégralité ici

 

Un peuple uni et digne




C'est un peuple uni et digne à l’image de Chokri Belaïd qui a défilé hier toute la journée dans les villes tunisiennes.
 
J’enrage tous ces jours car ma connexion internet est défectueuse, aléatoire et saccadée… ce qui me tient éloignée de la presse, de Facebook, de Twitter, de tous ces liens qui me rattachent habituellement à la marche du monde….

D’autant plus en ces journées où la Tunisie vit des moments douloureux et difficiles…

D’abord je rends hommage à cet homme dont l’assassinat politique a provoqué un sursaut de colère et d’indignation chez les tunisiens. Homme droit, intègre, fidèle à ses idées, défenseur des libertés, des petits gens, Chokri Belaïd fut opposant sous Bourguiba, farouche détracteur de la dictature de Ben Ali et c’est dans la Tunisie soit disant « démocratique » de la Troika que ce leader du Front Populaire  meurt sauvagement assassiné, après avoir dénoncé les violences politiques, et les nombreuses menaces qui pesaient sur lui et sur d’autres… Victime probablement de ces mal nommées  « Ligues de protection de la Révolution » d’Ennhadha ou alors de sbires payés par ceux qui ne veulent à aucun prix ni de la démocratie, ni entendre d’autres voix et voies que les leurs es voix discordantes à leurs discours…

Ce matin, jour de deuil, de recueillement mais aussi de colère, j’accompagne moi aussi les milliers de tunisiens par le cœur et la pensée en regardant la télévision, cette foule immense qui suit le cercueil de cet homme et scande l’hymne national tunisien…

Et puis respect infini pour une femme, pour Besma Khalfaoui,  l’épouse de Chokri Belaïd qui se montre si digne et qui demande à grands cris que le combat de son mari  serve à quelque chose et soude l’unité du peuple tunisien pour une vraie transition démocratique.

Effectivement, puisse la mort brutale de cet homme servir à quelque chose…

Si les hommes politiques étaient doués de raison, ils en tireraient la conclusion suivante , démission du gouvernement actuel  : tous ces politiques élus provisoirement pour un an avec un mandat bien précis et qui n’ont en aucun cas rempli leur mission sont aujourd’hui illégitimes et ont contribué à jeter le pays dans le désordre… Leurs  responsabilités sont immenses dans ce chaos… Mais hélas, je crains que la raison ne soit plus de ce monde et que l’extrémisme et  l’idéologie dévoyée des uns, conjugué à l’aveuglement, à la soif de pouvoir et de privilèges des autres ne conduisent ce pays droit dans le  mur….

 

Mais l’image forte du peuple tunisien qui s’est retrouvé uni dans toutes les villes tunisiennes est aussi un formidable gage d’optimisme…