"Notre printemps est un printemps

Qui a raison "

Paul Eluard



jeudi 18 avril 2013

De Djerba à Douz

Bien sûr,  pour rallier Djerba à Douz, il n'existe pas trop de possibilités différentes,  passage quasi obligatoire à Mareth d'un côté et à Matmata de l'autre ...
 
Mais entre les deux, il convient de traverser le Djebel Zmertène qui culmine à 715 m et  offre une belle escapade puisqu'une nouvelle route à été tracée...
 
Pour en savoir plus, suivez le guide !
 
En l'occurrence, elle s'appelle Christine et vous propose sur son blog escapade_tunisie un itinéraire détaillé pour découvrir de nouveaux paysages entre la mer et le désert, entre Djerba et Douz ...
 
 
 
 
Djebel à proximité de Matmata
 

La plage de Sidi Mehrez (2)

Remords hier après avoir écrit quelques lignes sur la plage de Sidi Mahrez...
 
Eh oui, elle mérite  tellement plus que cela ! Elle sépare ou unit deux mondes comme je l'ai déjà dit : le monde animé de la zone hôtelière et le monde quasi désert de cette fabuleuse presqu'île de Ras Rmel, la bien nommée !
 
Donc reprenons la balade.
 
Si l'on suit cette plage sur la gauche , après le petit snack de La Rose, bien apprécié pour se désaltérer et manger une salade tunisenne, il faut certes d'abord fouler le sable blanc de cette grande et longue plage, mais ensuite il est préférable de se hisser sur les petites dunes de sable.

 
  
La vue est ainsi magnifiée pour admirer , de haut, deux types de paysages, d'une part la mer et ses vagues qui font penser à l'Atlantique , les pêcheurs à la ligne qui rejoignent au gré des pistes ces coins désertiques en mobylette, les cavaliers venus en petits groupes de la zone touristique et d'autre part à perte de vue la lagune et sa végétation halophyte si particulière, cette sansouire qui évoque la Camargue , ces chemins d'eau déposés par les marées précédentes et où viennent s'abreuver selon la saison passereaux ou oiseaux migrateurs...

 
Et puis, à nos pieds, troisième merveille , cet écosystème fragile des petites dunes , plantes et graminées qui retiennent le sable, fleurs écloses par miracle, traces d'insectes et d'oiseaux ...

 
Alors, on pourrait se croire au bout du monde et certes on est au bout de l'île , on pourrait se croire dans un autre monde, éloigné de tout ! mais dans cet espace qui semble désert , on fait immanquablement des rencontres insolites... 
 
 

mardi 16 avril 2013

La plage de Sidi Mehrez (1)


Avant de repartir en France, le temps des congés scolaires, je reprends mon blog abandonné depuis quelques temps… Oh pas si longtemps que ça ! juste une quinzaine de jours ! Le temps de recevoir une amie à la maison…

Alors que se passe-t-il en Tunisie ?

J’ai envie de dire la même chose qu’en France : un président moqué par ses concitoyens, des politiques qui , pour beaucoup, ne pensent qu’à leur égo et leur profit personnel, des supporters de foot pas contents, des mélanges de genre détonnant entre politique et sport, politique et presse , l’omniprésence du Qatar, des extrémistes qui n’oublient pas de se faire entendre…

Et pendant ce temps là, la majorité des tunisiens se plaint du chômage, des hausses de prix constantes, et à Djerba des touristes qui tardent à venir…
Devrais je moi aussi me plaindre de l'absence de touristes ? alors que cela me permet de profiter plus encore des magnifiques paysages de Djerba ?
 
Aujourd'hui quelques photos de l'immense plage de Sidi Mehrez.
 
Sidi Mehrez c'est la plage publique de Houmt Souk, elle a la particularité de faire la jonction entre deux mondes , deux mondes franchement opposés : celui des hôtels , de leurs plages privées et de leurs multiples animations  et celui d'une nature sauvage et fragile encore un peu préservée... 
 
D'un côté la zone touristique qui commence avec l'Hôtel Radisson et qui se poursuit sur des kilomètres...et de l'autre côté (si l'on se donne le courage de marcher) on accède à pied à la presque île de Ras el Rmel en ayant d'une part une vue sur la lagune et de l'autre sur la mer. On a alors l'impression d'être hors du monde, loin de toute civilisation... 
 
Les photos ci-dessous ont été prises il y a quelques semaines lors des grandes marées et par grand vent ce qui donnait un aspect vraiment particulier à cette grande plage de sable blanc....
 
 



D'ailleurs, où était la plage ? il n'y avait plus de plage ...
elle semblait délaissée, abandonnée...
les vagues et l'écume l'avaient tout simplement envahie...