"Notre printemps est un printemps

Qui a raison "

Paul Eluard



mercredi 18 décembre 2013

Malte si loin, si près ...


Surprise lors de notre dernier voyage à Malte ...            
Si loin car dans cette île méditerranéenne l'atmosphère et l’ambiance sont plutôt britanniques… et si près car des liens profonds existent entre la Tunisie et Malte .
Malte. Une petite île à moins de 300 km des côtes tunisiennes. Beaucoup plus petite que  Djerba (316 km2 contre 514) mais 3 fois plus peuplée.

Peuplée dès le néolithique par des agriculteurs pêcheurs venus de Sicile,  elle devient tout comme Djerba colonie phénicienne puis grecque avant de passer sous le contrôle de Carthage puis des romains. Elle connait elle aussi les Vandales, puis l’empire byzantin avant d’être colonisée par les Arabes. C’est cette période qui lui donnera une grande partie de sa culture et notamment sa langue, le maltais. Tout comme Djerba elle connaîtra les Normands, maîtres de la Sicile, elle aura affaire aux corsaires, à Barberousse et Dragut, aux turcs, aux espagnols, aux gênois … Mais au 15ème siècle Charles Quint offre Malte aux Chevaliers de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem et c’est ce qui va radicalement façonner et transformer l’île. Cet ordre hospitalier et militaire va se consacrer à la fortification de Malte. Par la suite, elle deviendra une colonie britannique et c’est seulement en 1964 qu’elle obtiendra son indépendance.
Outre cette histoire difficile et conflictuelle à l’image de celle de Djerba, c’est la vague d’émigration du 19ème siècle qui va voir les maltais s’installer à Djerba comme pêcheurs fuyant la misère de leur île. Ainsi retrouve-t-on à Malte l’architecture du quartier maltais de Houmt Souk dont j'ai déjà parlé plusieurs fois dans ce blog..
 
Sliema
 

 
Mais ce qui fut le plus impressionnant pour nous ce fut la découverte de la langue maltaise. Mâtinée d’italien et de sicilien c’est avant tout une langue sémitique qui s’écrit en caractères latins. Du darija quoi !
Je pense que pour la majorité des touristes qui visitent l’île, ceci est invisible. Le maltais est incompréhensible et de toute façon tout le monde s’adresse à vous en anglais et tout est bilingue. Mais pour nous qui venions de Tunisie quelle surprise en découvrant le nom des villes Mdina, Rabat , Qwara ou Marsaxlokk ou celui des rues  Triq ir Repubblica et en entendant parler de flus et compter wiehed, tnjejn, tljeta … sans compter les interrogations fejn ou Xjismek … Vraiment bizarre et intriguant tous ces mots tounsi !
Au retour, vite je suis allée me documenter et je suis tombée sur cet article fort intéressant sur les rapports entre le maltais et le tunisien, article dû à Kamel Chaouachi.
Et si jamais l'envie vous prenait de visiter Malte et de vous imprégner du quotidien n’hésitez pas à visiter le blog de Nico sur Expat blog ... Très utile.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire